Poster un commentaire

La censure dans les comics (3) : Black Lightning.

Black Lightning : une censure sous haute tension.

Black Lightning 1 (avril 1977)Black Lightning commença en avril 1977 chez DC Comics. Ce comics met en scène Jefferson Pierce, officiellement professeur, et secrètement Black Lightning, un justicier masqué qui contrôle l’électricité.

Black Lightning 1 (avril 1977)

En France, sa série fut publiée dès juillet 1979 dans le magazine Hercule aux éditions Arédit/Artima, sous l titre L’Éclair Noir. Mais ces publications ne se firent pas facilement.
En 1979, les éditions françaises étaient sous la pression de la Commission de Surveillance et de Contrôle des publications destinées à l’enfance et à l’adolescence créée en 1949. Les lois de cette Commission étaient très strictes.
Sur la violence et la justice :
«Peu importe que, du redresseur de torts ou du bandit, ce soit ce dernier qui succombe, dès lors que l’impression dont reste marqué l’esprit du jeune lecteur n’est autre que celle d’une série de violences frénétiques et abominables.»

Sur les onomatopées :
« On a pu voir des pages entières de certaines publications affectées à la représentation détaillée de violences que soulignaient uniquement des interjections et des onomatopées; celles-ci suggérant tantôt l’effort des combattants, tantôt le trajet des projectiles ou le bruit des coups sur les corps. »

Sur la mort :
« Dans beaucoup de récits, alors que la vie du héros et celle de son antagoniste se trouvent préservées en raison même de la nécessité de prolonger l’action, la vie des comparses, au contraire, est traitée avec tant d’indifférence qu’elle semble ne compter pour rien. Ces personnages secondaires sont sacrifiés à toute occasion, en plus ou moins grand nombre, sans que leur mort revête plus d’importance qu’un accident matériel : si la narration enregistre expressément l’événement, ce n’est qu’au titre d’épisode accessoire, d’un caractère à la fois banal et fatal. »

Pour pouvoir passer les filtres de la censure, les éditeurs français devaient modifier, supprimer des passages issus des versions originales.

Pour le premier numéro de Black Lightning en France :

En voiture, des criminels attaquent Earl Clifford, un élève qui s’est battu contre eux. Puis ils l’accrochent à un panier de basket-ball. Ces scènes sont retirées de la version françaises, et elles n’apparaissent pas non plus dans le flash-back du numéro 2.

Dans la VF, on apprend que Earl Clifford est blessé, alors que dans la VO, il est mort. A la fin, il y a même un article hommage par le journaliste Jimmy Olsen.

Black Lightning 1 (avril 1977) (5)

Black Lightning 1 (avril 1977)


Peter
Gambi, l’allié de Black Lightning, parle des mafieux qui contrôlent le crime. Mais des scènes avec de la drogue sont modifiées : les seringues ont disparu, et la personne au sol (morte ?) aussi.

 

Dans le deuxième numéro de Black Lightning publié en France :

Le flash-back du crime contre Earl Clifford a été retiré.

Des onomatopées disparaissent, ici avec une explosion contre Merlyn, et quand Joey Toledo reçoit une flèche dans la main.


La démonstration de douleur des criminels est allégée.


Le criminel Joey Toledo reçoit une flèche dans le dos et meurt. En VF, la flèche disparait des deux scènes.

 


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :