Poster un commentaire

Jack Kirby, le roi des comics (1917-1994).

Jack Kirby

Retour sur la vie de Jack Kirby, le « King » des comics.

Une enfance compliquée.

Né le 28 août 1917 dans le Lower East Side à New-York, Jacob Kurtzberg grandit dans une famille pauvre issue de l’immigration roumaine juive par son père. Jeune, Jacob fut confronté à la violence et à la pauvreté de son quartier. Il se passionna pour le dessin, les comics strips et les romans d’aventures. A 14 ans il intégra une école d’arts, mais la quitta pour travailler quand son père fut licencié de l’usine de tissu où il travaillait.

Les premiers pas.

De 1935 à 1936, Jacob travailla aux studios Fleischer sur le dessin animé Popeye. En 1938, il travailla avec Will Eisner et Jerry Iger, deux pointures des comics strips. Jacob commença une carrière d’artiste en solo et en 1939, il réalisa son premier comics Solar Legion pour TEM Publishing. Ce fut en mai 1940 que cette histoire, signée Jack Kirby, fut publiée dans le comics Crash Comics Adventures.
A la fin des années 1930, Kirby rencontra l’artiste Joe Simon.

Joe Simon et Jack Kirby
Joe Simon et Jack Kirby

Ils décidèrent de travailler ensemble. Ils travaillèrent à la fin des années 1930 pour l’éditeur Timely Comics (l’ancêtre de Marvel). Durant la Seconde Guerre mondiale, Simon et Kirby créèrent Captain America qui eut du succès rapidement. Puis Young Allies, un comics avec Bucky, le partenaire de Captain America.

Le patron de Timely, Martin Goodman, ne compta pas honorer le contrat de Simon et Kirby et payer les sommes dues. Alors les deux hommes démissionnèrent et allèrent chez National Comics.
En 1942, Jacob devint officiellement Jack Kirby.

La Seconde Guerre mondiale.

En 1943, les deux artistes partirent à la guerre. En 1944, Kirby débarqua en Normandie, puis participa à la bataille de Metz. Gravement malade, il fut évacué du front et fut ramené aux États-Unis.

La fin de l’âge d’or du comics.

En 1945, Simon travailla chez Harvey Comics où les conditions furent bonnes. Mais après la guerre, l’industrie du comics connut une crise de surproduction. Les marchands de journaux refusèrent des comics, ne gardant que les succès. Harvey licencia Simon à cause de ses liens avec Kirby. Simon et Kirby perdirent leur emploi. Kirby signa à nouveau chez National Comics.
En 1946, Simon signa chez Crestwood Publications (son secteur du comics s’appelle Prize Comics). Les deux hommes créèrent des comics de romance : Young Romance (1947), Young Love (1949), Young Brides (1952) qui eurent du succès. Mais l’auteur eut aussi des revers comme avec Fighting American, un héros étasunien qui combat des communistes, peu à peu la série devint parodique, et s’arrêta rapidement.


En 1954, Simon et Kirby créèrent leur propre maison d’édition Mainline Publications. Cette création arriva au mauvais moment car les comics furent accusés, notamment par le psychiatre Fredric Wertham, de violence et de corrompre la jeunesse. Les auteurs s’autocensurèrent avec le Comics Code Authority pour survivre. Kirby et Simon publièrent quatre séries : Police Trap 1 (septembre 1954), In Love 1 (septembre 1954), Foxhole 1 (octobre 1954), Bulls Eye 1 (août 1954).

Kirby chez DC.

Vers 1957, Kirby travailla chez DC sur les comics Green Lantern et Showcase. Il créa les Challengers de l’inconnu (Challengers of unknow) en 1957 dans le comics Showcase 6 (février 1957). En 1959, Kirby dessina les origines de Green Arrow dans Adventure Comics 256 (janvier 1959). Kirby quitta DC après un jugement lié à un accord qu’il ne voulut pas honorer.

Showcase 6 (février 1957)
Showcase 6 (février 1957)

Kirby chez Marvel.

A fin des années 1950, DC relança ses comics en rafraîchissant Flash, Green Lantern, et en créant la Justice League of America (JLA). Ce renouveau participa à la naissance de l’âge d’argent.
Marvel dut aussi se renouveler pour maintenir la concurrence. Stan Lee demanda à Kirby de travailler avec lui pour créer un groupe de héros capable de rivaliser dans les ventes avec la JLA. C’est ainsi qu’ils créèrent les Quatre Fantastiques.

The Fantastic Four 1 (novembre 1961)
The Fantastic Four 1 (novembre 1961)

Les deux hommes continuèrent leur travail avec Hulk, Thor, Nick Fury, les X-Men, les Avengers, Ant-Man. Ils ramenèrent Captain America.


Kirby participa à la création des noms et pouvoirs de Spider-Man et d’Iron Man.


Kirby et Lee utilisèrent la méthode Marvel : Lee écrit l’histoire dans les grandes lignes, et Kirby dessine, écrit une partie des dialogues et gère la division de l’histoire en cases et pages.
Ces personnages de Marvel ont la particularité de ne pas être que des super héros, mais aussi d’avoir une vie privée avec des problèmes proches de ceux des lecteurs (problèmes de santé, sentimentaux, économiques…).
Dans les années 1960, Lee trouva un surnom pour Kirby : The King.
Kirby fut en désaccord avec Marvel et quitta cette maison d’édition.

Kirby de retour chez DC.

En 1970, Kirby travailla chez DC Comics. Il travailla sur le titre Superman’s Pal Jimmy Olsen.
La même année, il créa le méchant Darkseid dans Superman’s Pal Jimmy Olsen 134 (novembre 1970), mais ce ne fut qu’une petite apparition. Darkseid réapparut dans Forever People 1 (mars 1971), une autre série de Kirby.
En 1971, il créa les New Gods (New Gods 1, mars 1971). Mister Miracle (Mister Miracle 1, avril 1971).


Superman’s Pal Jimmy Olsen, Forever People, New Gods et Mister Miracle forment le concept du Quatrième Monde. Cette saga prend ses inspirations dans les religions juives et chrétiennes. Mais ces séries n’eurent pas de succès au moment de leurs sorties, elles furent arrêtées.
En 1972, Kirby créa Kamandi (Kamandi 1, août 1972). L’histoire se déroule dans un futur où les animaux ont pris le pouvoir et sont anthropomorphisés. Kamandi est le dernier homme sur la Terre à ne pas être revenu à un état sauvage. De 1974 à 1975, il travailla sur Our Fighting Forces featuring The Losers, un comics se déroulant durant la Seconde Guerre mondiale avec des soldats normaux. L’histoire s’appuie en partie sur sa propre expérience de soldat.

Kirby de retour chez Marvel.

En 1977, il reprit le titre Black Panther, personnage qu’il créa en partie avec Stan Lee en 1966.
En 1978, il créa le Devil Dinosaur. L’histoire se place dans un monde préhistorique avec Moon Boy un petit garçon qui vit des péripéties avec un dinosaure rouge. La même année, il créa Machine Man (avril).

Fin de carrière et fin de vie.

A la fin des années 1970, Kirby quitta le monde des comics pour celui de l’animation, notamment chez Hanna-Barbera. Dans les années 1980, il prit sa retraite. En 1986, un procès l’opposa à Marvel. En effet la méthode Marvel fait que Kirby n’a pas de droits légaux sur la création de personnages. Un accord fragile fut trouvé entre Kirby et Marvel.
Le 6 février 1994, il mourut chez lui d’une crise cardiaque.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :